étrange noël

samaneh atef dessin,
nicolas rousseau céramique

exposition du mercredi 23 novembre 2022
au samedi 7 janvier 2023

jardin-des-formes-samaneh-atef2

samaneh atef
pen on canvas | 30 × 40 cm | 2021

jardin-des-formes-nicolas-rousseau2
nicolas rousseau
hybride 01

les raisons d’une galerie

n’est-ce pas étrange d’ouvrir une galerie à l’heure où le numérique permet à distance de visiter des expositions et d’acquérir des œuvres d’art ? n’est-ce pas non-essentiel au moment où les instabilités du monde sont si inquiétantes ? n’est-ce pas vain dans une époque où le flot continu des images tend à dissoudre l’art dans l’ambiancement et l’esthétisation ? je ne le crois pas, tout au contraire.

la récente pandémie a montré combien ralentir, prendre soin, redonner du sens sont aujourd’hui des valeurs partagées. en ce sens, la rencontre avec la peinture, l’estampe, la céramique et leurs auteurs(es) – des artistes « de chair et de sang » porteurs de regards et de rêves – constitue une expérience humaine unique. c’est la jouissance du contact avec la matière qu’elle soit terre, pigment, toile ou papier. enfin, c’est le bonheur irremplaçable que procure l’œuvre originale, la seule qui porte en elle la sensibilité et le geste vivant de l’artiste.

dans le jardin des formes comme dans tous les jardins, on y entre pour flâner et regarder en toute liberté, pour jouer la rencontre avec l’œuvre, repartir puis revenir dans l’espoir du coup de foudre. gilles clément, artiste architecte du paysage bien connu à nantes ne dit-il pas : « un jardin est un territoire mental d’espérance ». dans ce jardin si on parle de forme artistique, le terme ne manque pas de rappeler le lexique des chantiers navals. Leurs « formes » sont ces espaces dans lesquels sont construits les navires avant qu’ils ne répondent à l’appel du large. alors formes pour échafauder les rêves à venir, à l’image de l’atelier pour l’artiste ou de la galerie pour le visiteur ?
justement, mes amours artistiques me portent vers les gestes présents, les formes et les couleurs fortes venues de l’impressionnisme et du cubisme, de l’expressionisme et de la figuration libre ou de l’art brut. dans ce même esprit, je porte aussi une affection particulière aux passions du baroque comme aux rigueurs constructivistes. pour moi ceux qui les incarnent sont les plasticiens, mais aussi les musiciens, les danseurs, les comédiens, et plus particulièrement ceux d’entre eux qui nous accompagnent dans les changements d’époque et les remises en question. Je pense par exemple aux artistes de la charnière des XIXe et XXe siècles qui ont inventé des formes nouvelles en rupture avec les académismes anciens. d’aucuns disent qu’ils anticipent les évolutions, voire qu’ils les provoquent. qui sait ? en tous cas, c’est dans cette inspiration du mouvement que puise le projet du jardin des formes.

les artistes qui me font le plaisir de répondre à l’invitation du jardin des formes, qu’ils soient en devenir ou internationalement reconnus, sont tous faits de cette eau, de ce bois, de cette terre. ils sont d’ici ou d’ailleurs, avec des parcours singuliers, toutes et tous pétris(es) d’humanité et de cette sensibilité qui réunit geste, pensée et exigence artistiques.

à mon tour de vous inviter à les rencontrer,
bienvenue au jardin des formes.

le jardin des formes | galerie nantes